Fait-il chaud en enfer ?

Fait-il chaud en enfer ? Non, la canicule qui sévit au moment où j’écris ces quelques lignes ne m’a pas grillé le cerveau. Je me disais juste que vu l’actualité (incendies, températures élevées, morts en série…), une deuxième rasade d’enfer ne dépareillerait pas !
Psss, la première est ici pour ceux qui ne l’auraient pas lue…

Détail du triptyque du Jugement dernier (panneau de droite) vers 1526-27, par Lucas van Leyden
Détail du triptyque du Jugement dernier (panneau de droite), vers 1526-27, par Lucas van Leyden


Alors comme ça tu ne nous racontes pas ton paaaaassionnant été ? 


D’abord, il y a trop de « aaaaaa » pour que ça me semble sincère et puis qu’est-ce qui te dit cher visiteur imaginaire au ton sardonique que ce n’est pas une façon détournée de recaser quelques découvertes ?


Oh pardon, je m’incline devant tant de répartie et…


Bon ok, personne ne croit à ce dialogue alors je vais peut-être arrêter là.

Détail, Aertgen van Leyden - Jugement dernier, vers 1530-1535
Il fait chaud vous ne trouvez pas ? – Détail, Aertgen van Leyden – Jugement dernier, vers 1530-1535

Plus sérieusement, en vadrouille aux Pays-bas, outre des fromages qui roulent et un lapin géant, j’ai recroisé plusieurs tableaux qui représentaient l’enfer, quasi systématiquement dans une scène plus globale de jugement dernier et mince, j’aime ça !

Petite digression pour ceux qui ne seraient pas bien à l’aise avec la notion : le jugement dernier pour les nuls.
Apocalypse = sacré bazar, genre lutte finale entre Satan et les armées de Dieu, résurrection des morts (sacré zombie-walk),

Walking-dead saison 1240 - tympan Jugement dernier – Cathédrale St Etienne de Bourges – vers 1240
Walking-dead saison 1240 – tympan Jugement dernier – Cathédrale St Etienne de Bourges – vers 1240

retour de Jésus sur Terre et séparation entre ceux qui sont jugés (vous l’avez ?) dignes d’aller au paradis et ceux qui vont en enfer.

Retour à nos moutons (ou à « ces » moutons dixit savoird’histoire) et à mon inclination pour l’enfer.

En fait, il serait plus judicieux que je précise que j’aime les représentations de l’enfer plutôt que l’enfer lui-même.

Déjà, l’idée de rester enfermé quelque part pour l’éternité, vraiment, non merci. Si en plus, il fait une chaleur à crever (mais si l’on est déjà mort… hum…) et que des êtres plus méchants les uns que les autres viennent s’amuser à nous tourmenter, non franchement je passe mon tour.

Ce qui est plutôt sympa avec l’enfer par contre, c’est que comme tout ce qui n’est pas « normal » a été catalogué comme mauvais ou démoniaque, les artistes avaient plutôt carte blanche pour se lâcher dans les représentations de ses habitants.

Détail - Jan Provoost - Le jugement dernier - 1525
Détail – Jan Provoost – Le jugement dernier – 1525

Je trouve cette diversité rafraîchissante.

Quel intérêt de connaître déjà tout ce à quoi l’on va être confronté ? Vive l’étrange, le bizarre, le loufoque même.

Le jardin des délices, tableau de Jheronimus (Jérôme en français) Bosch dont j’admire autant l’imagination que le coup de pinceau, en est pour moi un parfait exemple.

Jérome Bosch, Le jardin des délices, photo Wikipédia
Jérôme Bosch, Le jardin des délices, entre 1490 et 1510, photo Wikipédia (cliquable pour HD)

Si le maître s’est aussi plutôt bien amusé sur la partie centrale dont la signification est encore assez mystérieuse, le volet gauche est presque sage quand on le compare au volet gauche, l’enfer, où l’on peut voir en vrac, un homme jouant de la flûte avec ses fesses, deux oreilles se promenant armées, un ornithorynque faisant du patin à glace, une partition tatouée sur d’autres fesses, une truie faisant des léchouilles à un pauvre ère et tant d’autres scènes incroyables ! Observez donc ce volet grâce cette image HD de l’enfer (merci wiki et le musée du Prado).

l'enfer de Jérôme Bosch

Une découverte interactive en ligne (en) de l’ensemble du tableau est également disponible pour ceux qui le souhaiteraient.

Il fait manifestement bien chaud en enfer si l’on se réfère aux volcans marmites, gueules en feu ou surtout à la folie ambiante dépeinte mais tomber sur ce genre de scènes reste définitivement pour moi un courant d’air frais au milieu de portraits d’apparats dans un musée ou simplement d’une actualité bien trop grave et empreinte de religion (détournée à des fins polémiques/politiciennes).

Parfois j’ai vraiment envie de dire vive le pastafarisme et paix à l’humanité !

Un classique détourné (pas par mes soins)
Un classique détourné (pas par mes soins)

L’enfer vous inspire aussi malgré la chaleur ou cela vous semble étrange ?

Si cet article vous parle (consulter d’abord un professionnel surtout si cette voix vous dit de vous damner pour des pâtes aux boulettes), partagez-le autour de vous 😉 Merci !

 

Merci d'avance !

Afin que cette zone d'expression soit intéressante pour chacun voici quelques règles :

  1. Lire l'article (rédigé avec amour) et pas simplement le titre, mais personne ne fait ça 😉 n'est-ce pas ?
  2. Indiquer un nom ou un pseudo (pas de mots clés pour le référencement).
  3. Renseigner si vous le souhaitez, votre site principal ou un profil de réseau social.
  4. Rédiger un commentaire dont vous n'aurez pas honte dans 10 ans...

Petit bonhomme cliquable pour signaler une faute, une erreur, un bug...Pour signaler des coquilles, bugs, erreurs bêtes et autres choses du même acabit, merci de privilégier un message via le formulaire de contact en cliquant sur le petit bonhomme 🙂

Un commentaire, un avis, un petit mot ... c'est par ici !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.