L’écureuil bondissant

Mes ballades m’ont récemment fait entendre de drôles de bruits… le temps de s’arrêter et de lever les yeux j’apercevais souvent des oiseaux, rapides comme l’éclair, une branche bouger après avoir servi de starting-block ou alors, les moments que je préférais, un écureuil bondissant d’un arbre à l’autre !

Je ne saurais vous dire pourquoi, mais j’ai beau en avoir vu pas mal de très près dans mon enfance, je suis toujours aussi content d’en recroiser. C’est d’ailleurs un des quelques animaux qui fait globalement l’unanimité côté capital sympathie de nos jours ! Ceci dit, ça n’est pas tout récent, voyez donc :

Regent's Park, écureuil apprivoisé
Regent’s Park, écureuil apprivoisé – 1911

 

On en a fait le sujet de contes pour enfants d’ailleurs, même si l’exemple ci-dessous me fait plutôt frémir. Un petit côté « toi mon pote l’escargot, tu vas voir ce que tu vas voir… ».

Rouquinot le lutin du bois / par Benjamin Rabier - 1929
Rouquinot le lutin du bois / par Benjamin Rabier – 1929

Ici le gracieux écureuil est très occupé à dépiauter sa noisette. C’est peut-être lui qui a laissé tant de ces petits amas que j’ai croisé par endroit.

casse-croûte écureuil

Toujours mettre ses déchets à la poubelle après un pique-nique, espèce de vaurien !

Jolies bêtes - 1916
Jolies bêtes – 1916

 

Comme tous les animaux, il fut utilisé à un moment ou un autre pour le plaisir des artistes et des comparaisons (parfois douteuses).

Scène galante – estampe du XVIIIe d’après après la peinture de Jacques Courtin

Cette estampe est tirée des fonds du musée Boucher de Perthes d’Abbeville (souvenirs souvenirs…).

Il peut-être aussi caché, discret comme il sait l’être dans la nature :

Les trois docteurs en conférence par Marc-Antoine Raimondi, 1517
Les trois docteurs en conférence par Raimondi – 1517

Quand je disais artistes, je ne pensais pas qu’aux faiseurs d’images. Si vous souhaitez faire fonctionner vos oreilles, l’écureuil a également investi les chansons, demandez à Annie Cordy :

Avec le développement des sciences du vivant et tout simplement la fascination de l’être humain pour les bestioles en tout genre, vous vous doutez bien que certains ont entrepris de les représenter de façon plus rigoureuse. Il y a ceux qui se sont attachés au fonctionnement interne…

Le Squelette de l'Ecureuil par Buvée en 1758
Le squelette de l’écureuil par Buvée en 1758

… et ceux qui ont cherché à tous les cataloguer :

Ecureuil mâle du Malabar par Werner - 1838
Écureuil mâle du Malabar par Werner – 1838
Écureuil volant par Huet - 1806
Écureuil volant par Huet – 1806

Pour ceux qui voudraient en savoir plus sur eux ou partager de manière utile leurs observations,

 

j’entends autrement que pour attirer quelques « j’aime » sur Facebook ou des commentaires sous son article ( 😉 ), le Muséum National d’Histoire Naturelle propose un petit site dédié. Vous y apprendrez peut-être des choses et/ou permettrez aux chercheurs de mieux suivre les populations.

Merci d'avance !

Afin que cette zone d'expression soit intéressante pour chacun voici quelques règles :

  1. Lire l'article (rédigé avec amour) et pas simplement le titre, mais personne ne fait ça 😉 n'est-ce pas ?
  2. Indiquer un nom ou un pseudo (pas de mots clés pour le référencement).
  3. Renseigner si vous le souhaitez, votre site principal ou un profil de réseau social.
  4. Rédiger un commentaire dont vous n'aurez pas honte dans 10 ans...

2 commentaires sur “L’écureuil bondissant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge