Une vielle histoire de manivelle

Peut-être que ce titre vous a remémoré une chanson de la fin du précédent millénaire. Si ce n’est pas le cas, je suis persuadé que découvrir l’existence de La Manivelle de Wazoo va vous faire sourire aujourd’hui. Comment résister à la bonne humeur contagieuse que propage cette rengaine qui nous parle de « druide à roulettes » ? Non mon correcteur orthographique n’a pas plus de raté que d’habitude…

Si nous pouvions revivre 52 avant Jésus-Christ
Dans ces heures héroïques sur le plateau de Gergovie
Quand César au beau fixe prit la raclée de sa vie
Vercingétorix lança ce chant magique

Et moi pendant c’temps là, j’tournais la manivelle
Et moi pendant c’temps là je chantais dans les bois
La la la la la la…

Je m’excuse pour tous les chocs émotionnels provoqués par cet article à l’évocation du temps qui passe…

 

Mais qu’est-ce qui se passe par ici ?

Détail ST Christophe d'après Jan MANDIJN

Des mois sans article et voilà qu’il revient en évoquant un obscur tube de 1999 qui semble avoir été écrit en prenant des substances douteuses !

Rassurez-vous, il y a bien une logique derrière tout ça.

C’est une vieille histoire de manivelle comme le disait le titre…

 

Il était une cathédrale

Alors que je découvrais la majestueuse cathédrale de Saint-Omer, profitant d’un rayon de soleil qui réchauffait l’air froid du Nord, je suis tombé sur de nombreuses choses étonnantes. Plusieurs sujets d’articles futurs me suis-je promis sur le moment. Je commence avec ce billet que vous êtes en train de lire.

nativité Saint-Omer
Cette scène de la Nativité, d’un auteur a priori anonyme, est sculptée dans ce qui me semble être de l’albâtre et se situe près de la chapelle des ossements, au nord de la nef si je ne me trompe pas. La cathédrale de Saint-Omer contient un bon nombre de représentations de la naissance de Jésus assez différentes les unes des autres.

Peut-être que cela vous aura sauté aux yeux après mon introduction, mais toujours est-il que lorsque j’ai croisé cette oeuvre, un des personnages m’a tout de suite intrigué. Vous devinez lequel ?

Celui au premier plan à gauche, agenouillé. À son flanc, pend un drôle d’objet que je n’avais pas l’impression d’avoir déjà rencontré ailleurs.

Détail de la Nativité

Drôle de forme pour un fourreau d’épée. Ne serait-ce pas une vielle à roue avec sa manivelle en haut ?

Mais depuis quand les bergers qui passent prendre la pose sur la crèche se trimballent-ils avec un instrument de musique ? La question se pose d’autant plus qu’il ne s’agit pas d’une chose aussi simple qu’une flûte ou qu’un tambourin et donc surement pas accessible pour toutes les bourses…

Intrigué, je me dis que j’essaierai d’ouvrir l’œil à l’avenir et de voir si je retrouve des figures similaires pour confirmer l’identification. Pour rappel, je ne suis absolument pas musicologue et je peine à me rappeler du nom de tous les instruments d’un orchestre symphonique alors merci d’être indulgent !

 

Un vieil hôpital

Quelques jours plus tard, au Musée de l’Hospice Comtesse, au cœur du Vieux-Lille, un meuble attire mon regard.

armoire à deux corps hospice comtesse Lille
Une armoire à deux corps bien massive et chargée…

Des personnages scandent les différents espaces, comparables à des sculptures colonnes de porches de cathédrales. Je sens les petits détails sympathiques pour les différencier les uns des autres et m’approche donc.

amoire vielle hospice comtesse vielle
Oh une vielle !

Quelle ne fut pas ma surprise de remarquer qu’une figure juvénile tenait un drôle d’instrument dans ses mains 🙂 !

 

Avec ce second exemple peu de temps après et d’autres croisés (mal ou pas photographiés), je suis maintenant assez sûr d’avoir bien identifié l’objet à Saint-Omer. Bien que cela m’amuserait que l’un ou l’une d’entre vous m’apporte un tout nouvel éclairage dessus…

Une iconographie anecdotique ?

Si je peux vous donner l’impression avec mes quelques pauvres exemples personnels que l’on n’a que peu de représentations, détrompez-vous. Comment beaucoup de détails, une fois repéré il saute aux yeux régulièrement, comme si nous avions des œillères auparavant.

Henri Horace Roland de La Porte – Nature morte à la vielle – vers 1760 – MBA de Bordeaux

C’est en parcourant distraitement ma collection de photos prises dans les musées que je me suis rendu compte que j’avais en fait déjà une vielle en stock !

Henri Horace Roland de La Porte - nature morte à la vielle - vers 1760 - détail
Henri Horace Roland de La Porte – Nature morte à la vielle – vers 1760 – détail

Une page Facebook (à laquelle vous pouvez accéder même sans vous inscrire) en a recensé une quantité considérable d’ailleurs : https://www.facebook.com/Iconographie-de-la-vielle-à-roue.
Rien que pour les caricatures et la diversité des postures entre musiciennes très dignes et joueurs bien avinés, cette sélection mérite le détour.

Une explication pour le coup du berger joueur de vielle ?

Sans avoir cherché des heures durant, en toute honnêteté, une thèse rédigée par Paul Fustier en 2006 et intitulée La vielle à roue dans la musique baroque française – Instrument de musique, objet mythique, objet fantasmé ? évoque l’association de la vielle et de la cornemuse aux bergers de la Nativité à partir de la Renaissance puis notamment sous le règne de Louis XV, dans un mouvement général d’engouement des nobles pour la campagne qu’ils associaient si j’ai bien saisi à une certaine idée d’un bonheur pastoral fantasmé, rapportée aux mythes antiques dont celui de l’Arcadie.

[Alerte opinion personnelle acide] Cela me paraît trouver un écho dans les grandes idées actuelles du retour à la nature, de la vie simple, et saine qui fleurissent dans certains médias concernant les cadres parisiens choisissant de quitter La Ville pour retrouver la nature en déménageant à la campagne. Vous savez ces petites bourgades isolées que sont Nantes ou Bordeaux. Il y a aussi l’option du fameux gîte bio vegan No-WiFi au fin fond du Périgord dans une petite bâtisse en pierre de seulement 200m² à reconstruire entièrement. À la portée de tout le monde… Hum, je m’égare un peu sûrement, mais je crois que je fais une allergie à ce genre d’histoires mielleuses et seulement possibles pour une minorité. [Fin de l’alerte opinion personnelle acide]

 

Parler de l’instrument : réinventer la roue ?

Plutôt que de très mal résumer la chose, je préfère vous inviter très fortement à regarder cet épisode de L’Instrumentarium de l’insolite qui en parle de manière passionnante.
Une fois de plus, il y a des très bonnes chaînes de vulgarisation sur internet et pas que du divertissement abrutissant. Ah et beaucoup de vulgarisatrices de talent qui ose se lancer dans cet univers malheureusement pas souvent bienveillant du web alors raison de plus pour mettre en avant les pépites !

Pendant ce temps-là, je jouais de la vielle !

Si le caractère historique de l’histoire que chante Wazoo est bien sûr à côté de la plaque (le druide à roulettes étant un léger indice quoique), cela me paraît être un prétexte pour se pencher sur la grande Histoire, l’histoire de la musique ou même celle de leurs représentations respectives. Sans reprendre l’intégralité des paroles, on peut au moins en tirer quelques points :

  • Vercingétorix, César et les Gaulois : un vrai roman.

Sacré raclée que se prend César, Gergovie est sans aucun doute la victoire qui va donner à Vercingétorix toute sa gloire et contribuer à unifier les tribus qui occupaient les Gaules. Le pluriel est ici une manière de vous rappeler que « la Gaule » c’est aussi vague que de dire « les Gaulois » puisque cela regroupe de multiples peuples répartis sur tout l’hexagone mais aussi en actuelles Suisse et Belgique… Autant dire que « Nos ancêtres les Gaulois« , on oublie.  L’opposition Rome vs « les Gaulois » aussi, puisqu’il y a eu des nombreux échanges voire même alliances. Si vous avez envie de revoir un peu cet épisode de la Guerre des Gaules en vous éloignant du roman national du 19e siècle pour revenir vers les connaissances actuelles, je ne peux que vous conseiller la vidéo de Confessions d’Histoire. Dix minutes bourrées d’humour et très efficaces !

Dans un format de vulgarisation plus classique, mais non moins intéressant, la chaîne Entrer En Lice vient de sortir une vidéo sur Vercingétorix et la bataille de Gergovie :

NB : J’essaie dans cet article de vous mettre en lumière des vidéastes pas assez connus à mon goût, je crois que ça se voit un peu…

  • Les « Gaulois » ne savaient pas plus jouer de la vielle que les romains.

Pourquoi donc ? Parce que cet instrument apparaît environs un millénaire plus tard…

Cela me fascine que l’on utilise toujours dans les années 2000 un instrument né 1000 ans plus tôt, tout ça en racontant l’histoire de gens supposés l’utiliser 2000 ans dans le passé.
Quel bazar chronologique ! Et en même temps cela en dit long sur le pouvoir évocateur qu’a cette vibration qui tourne et tourne.

D’ailleurs n’allez pas croire que ce ne soit qu’un instrument folklorique uniquement ressorti de nos jours pour la fête des trippes de Triffouilli sur Meuse ou assimilé. Non, non.

Si de nombreuses compositions sont clairement inspirées de musiques à danser régionales et/ou d’origines médiévales,

i

il y a aussi une vraie scène musicale qui s’est créée dans les années 90 en réutilisant des instruments dits folkloriques dans des styles plus modernes et même avec un certain écho ! Patty Gurdy est l’une des dernières représentantes de cette veine sur laquelle je suis tombé. Loin de stagner à deux ou trois vues, cette jeune artiste a par exemple été contactée pour participer à la bande-son d’une série TV à gros budget nommée « Carnival Row« … La vielle a surement gagné une grosse audience (à l’insu des spectateurs probablement) au passage.

Dans le Tour du monde en pochettes, je vous avais déjà mentionné Eluveitie qui utilisent eux aussi souvent la vielle à roue, mais dans un style beaucoup plus métal.

 


Vous pensiez en arriver là avec mes histoires de manivelles ?

J’espère que non et surtout que cela vous aura fait découvrir de nouvelles choses 🙂 Si c’est le cas n’hésitez pas à m’en faire part et pourquoi pas à partager l’article à des gens qui pourraient soit avoir écouté La Manivelle soit apprécier découvrir comment Vercingétorix n’a jamais joué de la vielle à roue… 😉

Merci d'avance !

Afin que cette zone d'expression soit intéressante pour chacun voici quelques règles :

  1. Lire l'article (rédigé avec amour) et pas simplement le titre, mais personne ne fait ça 😉 n'est-ce pas ?
  2. Indiquer un nom ou un pseudo (pas de mots clés pour le référencement).
  3. Renseigner si vous le souhaitez, votre site principal ou un profil de réseau social.
  4. Rédiger un commentaire dont vous n'aurez pas honte dans 10 ans...

Petit bonhomme cliquable pour signaler une faute, une erreur, un bug...Pour signaler des coquilles, bugs, erreurs bêtes et autres choses du même acabit, merci de privilégier un message via le formulaire de contact en cliquant sur le petit bonhomme 🙂

Un commentaire, un avis, un petit mot ... c'est par ici !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.